Archives par mot-clé : Tefy Andriamanana

Le RPF Grasse / RPF 06 salue la décision du Conseil d’Etat dans l’affaire Tavolaro / CRAN

La section du RPF (Rassemblement Pour la France) de Grasse se réjouit de la décision du Conseil d’Etat, revenant sur l’interdiction d’exposition des pâtisseries « Dieux et Déesses » de Monsieur Yannick TAVOLARO dans son commerce. 

Cette victoire est, espérons le, la première de toute une série visant à rétablir l’honneur d’un honnête commerçant grassois, la réputation, notamment touristique de la ville, évidemment malmenée par cette affaire et les personnes qui en sont à l’origine et garantir la liberté d’expression et de création pour tous.

La démarche de Monsieur Tavolaro a toujours été pacifique, oeuvrant pour la cohésion sociale grassoise et le vivre ensemble, avec les personnes qui acceptent de vivre ensemble, en bonne harmonie.

Le RPF de Grasse ne souhaite faire aucune récupération politique malvenue mais réaffirme son soutien inconditionnel à la cause défendue par celui qui médiatiquement est devenu le « pâtissier de Grasse ». 

Le RPF Grasse,

par l’intermédiaire de Jean-René LAGET

Responsable RPFJ 06

Responsable des 2° et 7° Circonscription des Alpes Maritimes

et pour :

Franck BARBEY

Président du RPF 06 – Responsable de la 9° Circonscription et de la section de Grasse

et :

Dominique GIULIANI

Responsable de la 4° Circonscription et de la section de Menton, militant également sur Grasse

Jean-René LAGET avec Yannick TAVOLARO
Jean-René LAGET avec Yannick TAVOLARO

« Racisme colonial dans une pâtisserie de Grasse » : l’absurdité monte d’un CRAN

La ville de Grasse, réputée pour ses parfums comme ses commerces (dont ses pâtisseries) est depuis quelques heures entachée d’une campagne de dénigrement à but communautariste de la part du CRAN comme de la militante Sihame Assbague présentée par le site « Maison des Potes » comme d’abord « collaboratrice d’un maire d’arrondissement parisien avant d’avoir rejoint l’Education Nationale en tant que professeur de Français et depuis Mars 2012 Porte Parole du Collectif Stop le Contrôle au faciès » ; cherchant davantage à attiser la haine plutôt que favoriser le dialogue comme le « vivre ensemble ». 

Capture d'écran du tweet de Sihame Assbague
Capture d’écran du tweet de Sihame Assbague

Résumé de l’affaire : quelle ne fut pas la stupéfaction des internautes (et clients) grassois de voir mis en cause et placé d’office sur le banc des accusés un boulanger / pâtissier bien connu propriétaire de « Aux délices de Grasse », Monsieur Yannick TAVOLARO par le CRAN, l’autoproclamé « Conseil  » Représentatif  » des Associations Noires », plus rapide pour accuser et condamner que de prendre ses renseignements fiables, aussi bien nominatifs que de qui est le Maire actuel de la ville.

Dans un communiqué posté sur leur site en date du 2 Mars, il accuse ni plus ni moins cet honnête commerçant… « d’incitation à la haine raciale », par le biais d’une de ses pâtisseries appelée « Dieux et Déesses », crime de lèse majesté de les avoir fabriqués en chocolat noir :

« Allant au delà même des traditionnelles « têtes de nègres » * ( * rebaptisées « Merveilleux » DA), qu’on voit de moins en moins heureusement, ces friandises s’inspirent des fantasmes coloniaux concernant les Noirs (regards ahuris, bouches surdimensionnées, nudité obligée, organes sexuels protubérants.) Pire encore, compte tenu de leur nom « Dieux et Déesses ») ces pâtisseries tournent en ridicule les religions africaines en présentant ces divinités sous un jour grotesque, tout juste bonnes à être croquées » dixit le CRAN. 

Le communiqué sur le site du CRAN
Le communiqué sur le site du CRAN

D’emblée, deux choses heurtent le citoyen : d’abord, la mise en avant, dans une république laique, d’un caractère de blasphème religieux, pas sans rappeler la mise en cause des caricaturistes de Charlie Hebdo payant de leur vie leur liberté d’expression. Grasse avait particulièrement été Charlie. Sera t-elle « Yannick » ?

La mine de plomb est perçue par certains comme une arme de haine et de blasphème, désormais rejointe par le rouleau à pâtisserie, qui l’eut cru ?

Signalons pour la culture générale du Président du CRAN, déclarant dans le communiqué :

« Je n’ose m’imaginer ce qu’on dirait (à juste titre) si un pâtissier africain avait songé à représenter de manière analogue Jésus Christ et la Vierge Marie » que  » le Petit Jésus  » est une sucrerie dans le Nord de la France et en Belgique, qu’il est un saucisson du coté de Lyon et dans le Pays Basque, présenté par Pierre Oteiza comme « un saucisson moelleux de gros calibre », qui est dégusté avec délectation à l’heure de l’apérifif (!!!) sans choquer quiconque. N’oublions pas également le  » Lacryma Christi Del Vesuvio  » ou  » Larme du Christ  », vin napolitain produit autrefois par des moines dont le couvent s’érigeait sur les pentes du Vésuve.

A ce titre, à quand arrivera t-on à l’interdiction des petits cochons roses en massepain ? On arrive déjà à l’interdiction dans certains pays d’Europe de bonbons… noirs. Alors que penser de  » Barbamama  » de la série  » Barbapapa  » et de la boule noire du célèbre jeu  » Motus  »? Que penser de l’expression en musique « une blanche vaut deux noires » ? Et les exemples ne manquent pas.

Ensuite, cette association, au même titre que d’autres, bénéficiant de subventions, avait déjà été mise en cause pour son comportement par Tefy ANDRIAMANANA sur le site de Marianne.

De quel droit une association peut-elle exercer un chantage politique contre une municipalité (est réclamée une prise de position de par le Maire de Grasse) et contre des instances sportives étant donné que Monsieur TAVOLARO est aussi Président du Club de football  »l’Union Sportive du Club de Grasse » (est réclamée de la part du CRAN de « s’interroger sur la pertinence de garder comme président du club sportif un individu de cet acabit ».

Si n’obtenant pas satisfaction du pouvoir politique comme sportif associatif, cette dernière se réserve « le droit de porter plainte pour incitation à la haine raciale. »

Quand l’Etat va t-il prendre ses responsabilités et faire le tri dans les associations, certaines étant nécessaires, d’autres étant pûrement à balayer.

Le racisme, l’antisémitisme, l’islamophobie, l’incitation à la haine raciale et l’apologie des crimes (de guerre) contre l’humanité et de négationnisme étant sanctionnés sévèrement par la Loi Française, ces combats ne devraient-ils pas être traités UNIQUEMENT par l’Etat Français et sa Justice plutôt que par des lobbys et/ou privés politisés, n’existant en fait que par ces coups d’éclats médiatiques.

Les Grassois comme les politiques devraient se poser la question du bienfondé du financement pour ce genre d’association de dérives ridicules qui n’aident en aucun cas la lutte contre le racisme mais bel et bien la division.

Jean-René LAGET

Responsable RPFJ 06

Responsable des 2° et 7° Circonscription des Alpes Maritimes,

pour le RPF et RPF 06