Archives par mot-clé : Jean-René Laget twitter

Rassemblement du 17 Mars (CGRN) : discours, articles, infos

« Vous êtes décidés de faire de ce rassemblement républicain grassois le point de départ d’une contestation maralpine s’inscrivant dans un mouvement national. » 

Ils répondaient à l’Appel du 17 Mars, celui du CGRN, le Collectif Grassois de Résistance Nationale composé du RPF (Rassemblement Pour la France), du RPR (Rassemblement Pour la République de 2° génération), de Force Républicaine, du Réseau Gaulliste, de Jean-René LAGET, Porte-Parole national du RPF et de Jean-Pierre BICAIL, membre de Force Républicaine.

Un appel et un rassemblement pour dire STOP à la casse antisociale et antipatriotique d’Emmanuel Macron, de LREM et leurs alliés.

Un certain nombre de manifestants (près d’une quarantaine) dans une ville où on n’a pas l’habitude de ce genre de rassemblements,

avec un électorat qui n’a pas (plus) l’habitude de manifester. Des signes encourageants dans un pays qui semblait trop se résigner.

Un rassemblement qui accueillait aussi des élus et responsables politiques :

Jean-François LAPORTE, Conseiller Municipal délégué chargé des bâtiments communaux et Responsable DLF de la 9° Circonscription des Alpes-Maritimes,

Isabelle AUDIC, Adjointe du Tignet déléguée aux Affaires Scolaires.

Mickael GALAS, Responsable DLF de la 2° Circonscription,

France AOUIZERATE, ancienne élue de la Ville de Grasse.

Merci au Maire de Grasse, Vice-Président du Conseil Départemental des Alpes-Maritimes et Président de la CAPG, Jérôme VIAUD, qui sait encourager les initiatives, qui a la volonté de rassembler. Merci aussi à Maryse BARTOLI à l’origine du premier rassemblement, spontané cette fois, de Septembre 2017.

Un grand merci à toutes et tous. Le combat continue ! 

PHOTOS ET ARTICLES : cliquer dessus pour agrandir : 

DISCOURS : 

Jean-René LAGET, Porte-Parole national RPF, Responsable 2° Circonscription : 

Mesdames, messieurs, 

Chers compatriotes, chers amis,

ils pensaient que vous étiez sonnés, ils pensaient que vous aviez baissé les bras… et vous êtes là, Cours Honoré Cresp de Grasse, ce Samedi 17 Mars 2018. Ce cours qui s’est appelé il y a longtemps Cours de la République. 

Ce cours qui est à l’image de la France : un monument et une statue qui honorent son histoire, ses héros, ses martyrs, un lieu qui rassemble les générations, les aînés à la Rotonde, les jeunes sous ce kiosque à musique.

On y trouve aussi une fontaine citoyenne et révolutionnaire composée de quatre lions protecteurs de quatre valeurs :

« Richesse du Peuple,

Prospérité de l’Etat,

Défense de la Patrie,

les Arts perfectionnent la Nature ».

En 2018, le Peuple s’appauvrit.

En 2018, l’Etat s’endette chaque Lundi après-midi de quelques milliards d’euros supplémentaires.

En 2018, l’Armée française doit défendre la Patrie par la stabilité internationale avec les maigres moyens dont elle dispose. Elle perd chaque année des jeunes pères de familles.

En 2018 les Arts ne sont pour beaucoup plus que des niches fiscales.

Mais malgré tout cela, Emmanuel Macron dit « ne pas sentir de colère » aussi bien chez les retraités que chez les autres. 

C’est pourquoi vous êtes décidés de faire de ce rassemblement républicain grassois le point de départ d’une contestation maralpine s’inscrivant dans un mouvement national.

Pour cela, soyons capables de fédérer les générations, qu’elles s’écoutent, qu’elles se parlent, qu’elles se comprennent, soyons capables de réunir les forces sociales, professionnelles, associatives, représentatives qui composent notre pays.

Au CGRN, Collectif Grassois de Résistance Nationale, une réflexion nous anime :

« on ne s’appuie que sur ce qui résiste ».

On pouvait aussi suivre une pensée du Général DE GAULLE qui disait :

« La rivalité des partis revêt chez nous un caractère fondamental, qui met toujours tout en question et sous lequel s’estompent trop souvent les intérêts supérieurs du pays. »

C’est pourquoi nous nous sommes réunis. C’est pourquoi le RPF, Rassemblement Pour la France, le RPR, Rassemblement Pour la République, deuxième génération de celui qui fut le plus grand rassemblement, Force Républicaine et le Réseau Gaulliste ont pu, ont su se réunir.

Pour ma part, j’ai toujours été dans cette démarche de rassemblement et de soutien de nos compatriotes victimes des coups de boutoirs de politiques décadentes :

j’ai toujours écouté et respecté nos aînés, pas plus tard qu’hier je suis allé au cimetière Sainte Brigitte m’incliner sur les tombes d’un soldat de la 1° Guerre Mondiale Kaba SIDIBE et d’un résistant et grand serviteur de l’Etat, Charles PASQUA, 

je comprends la pénibilité pour les hospitaliers et professionnels dédiés à nos anciens. De l’EHPAD du Petit Paris au groupe EMERA, j’ai pu lors de mes nombreux déplacements constater à quel point leur travail peut être ingrat physiquement et difficile. Pourtant, ils tiennent bon.

Mes premières actions sociales associatives étaient de venir en aide à une petite fille gravement malade lorsque j’étais membre d’un club service, puis plus tard à un horticulteur et à un kiosquier qui se lève tous les jours à 4h00 du matin pour terminer sa journée à 19h00 et recommencer le lendemain.

Fils d’un ancien fonctionnaire, je sais mieux que beaucoup à quel point la fonction publique peut-être prenante et exigeante. Il ne faut pas jeter la pierre sur l’ensemble d’une profession pour quelques cas. Oui, on trouve des glandeurs de machines à café aussi bien dans le public que dans le privé. Il y a d’ailleurs à l’Assemblée Nationale beaucoup de grandes gueules petits bras du prétendu « nouveau monde » qui nous rappellent cette triste réalité.

J’ai apporté au travers de tribunes mon soutien aux surveillants pénitentiaires victimes de la violence quotidienne, et je sais que ça ne va pas s’arranger pour eux, en effet, le Président de la République n’a rien trouvé de mieux que de déclarer comme priorité des priorités à Agen le Mardi 6 Mars 2018 à l’Ecole Nationale d’Administration Pénitentiaire, devant une profession qui attendait des annonces fortes : 

« On a essayé de m’expliquer pourquoi les détenus ne pouvaient pas voter. Je n’ai pas compris. Pour les élections européennes je souhaite que tous les détenus puissent voter. »

Sans aucun doute ils voteront pour ceux qui proposeront tout et n’importe quoi pour affaiblir l’ordre pénitentiaire.

Je suis allé à Nice, à Paris aux Invalides et sur les Champs Elysées, en hommage à Xavier JUGELE, policier tué dans une attaque terroriste sur ces mêmes champs, pour soutenir nos forces de l’Ordre et appuyer leurs revendications durant l’entre deux tours de la Présidentielle alors que le candidat que je soutenais avait été éliminé au premier,

j’ai toujours été sensible à la cause du handicap, apportant une attention toute particulière aux propositions à chaque élection municipale ou départementale de l’APF, l’Association des Paralysés de France.

Jean-Pierre BICAIL et moi partageons beaucoup de valeurs et nous avons décidé de continuer ce mouvement impulsé en Septembre 2017 par Maryse BARTOLI, mouvement auquel participait déjà Brigitte VIDAL, que je remercie, tout comme le Maire de Grasse Jérôme VIAUD qui soutient toutes les initiatives, lui qui a su dès le début fédérer de nombreuses forces à ses côtés.

Il y a des républicains, patriotes et citoyens qui ont des valeurs fortes pour la France… mais ce n’est pas le cas de tout le monde.

Dès les premières heures de la campagne présidentielle de 2017, le macronisme et l’Extrême Centre ont montré leur vrai visage : le « nouveau monde » prétendu n’est en réalité que celui des revenchards prêts à tout pour faire plier ce pays qui selon eux n’a pas su reconnaître leurs talents, leurs qualités. Quelle vanité !

Antoine de Saint Exupéry disait « pour les vaniteux les autres hommes sont des admirateurs ».

Avez-vous envie d’être leurs porteurs de miroirs, leurs agitateurs d’éventails, leurs valets et courtisans ou avez-vous envie de vivre libres, d’être respectés et entendus ?

Qui peut douter de votre réponse ? 

Et qui peut aussi douter que c’est le signe premier de leur échec ?

L’écrivain et homme d’Etat anglais Benjamin DISRAELI ne disait-il pas

« tout homme a le droit d’être vaniteux tant qu’il n’a pas réussi ».

Président Macron, qu’avez-vous réussi depuis votre élection à part avoir mis un grand nombre de catégories sociales et professionnelles dans la rue en un temps record jamais observé dans toute l’histoire de la V° République et même de toute l’histoire de la République ?

Ce « nouveau monde », arrivé aux responsabilités par de très nombreux, de trop nombreux malentendus pense qu’il est porté, c’est sa certitude première.

Qu’il le pense, qu’il s’imagine dans le coup. Porté par le vent, il aura un destin de feuille morte.

La France ne peut exister sans vous, sans votre esprit de résistance, sans vos talents, sans vos capacités, sans vos expériences.

André Malraux disait « la France n’est la France que si elle porte une part de l’espérance du monde. La France ne peut vivre sans la grandeur ! »

Salariés à doubles, triples emplois sur une même journée en Allemagne, retraites de plus en plus tardives en Italie, Irlande et Islande, enfants handicapés mentaux mis en cage en Grèce (information révélée par la BBC et reprise par VivreFM en 2014), paysans Polonais menacés, tous vous regardent, tous attendent de vous et de votre résistance.

Emmanuel Macron n’a pas compris tout cela car il ne connait pas la France : il ne connait que la finance et la bureaucratie bruxelloise comme berlinoise.

Un président de la République digne de ce nom ne critique pas son pays à l’étranger,

ne blague pas sur la détresse des autres comme avec les kwassa kwassa,

n’humilie pas les jeunes en les privant de droit à la parole sous prétexte de pas de costume, et puis il n’est pas le seul : souvenez-vous de la députée macroniste Claire O’Petit sur la « gamine de 25 ans »,

n’humilie pas les ouvrières et ouvriers en les prenant pour des illettrés,

n’humilie pas les présidents qui l’accueillent en les comparant à des réparateurs de clim,

vire de suite de son parti, sans y être forcé, tout parlementaire qui fracasse la tête d’un autre politique à coups de casque de moto,

ne compare pas les pionniers français à des génocidaires, à des criminels de guerre en imputant à leur action un crime contre l’humanité.

Ils n’avaient pas à être comparés à des Hitler, Milosevic, Pol Pot, il l’a fait en leur collant cette étiquette.

Un président de la République digne de ce nom ne tolère pas que son Premier Ministre aille fleurir la tombe d’un indépendantiste voulant casser l’unité nationale en Nouvelle Calédonie, finalement la gerbe la plus chère de toute l’Histoire pour les contribuables car elle s’est accompagnée d’un vol Tokyo-Paris de retour à 350.000€.

Dans ces conditions, ne vous étonnez pas des déclarations de Paul-Félix Benedetti qui invite les corses à « se libérer par eux-même. »

Ne vous étonnez pas non plus d’entendre sur Public Sénat Adrien Quatennens, député France Insoumise déclarer pour cette même Corse que « La République ne peut être imposée de force ».

Honteux pour nos gendarmes, honteux quand on entend un certain Gérald Darmanin déclarer comme une fleur à l’Emission Politique à une retraitée touchant 1300€ « Madame, ne vous plaignez pas vous gagnez plus que quelqu’un qui gagne 700€ ».

Avec 350.000€ Monsieur le Ministre, on pouvait aider quelques familles ou retraités à ne pas sombrer le même mois où vous essayez de faire pleurer dans les chaumières.

Que répondez-vous, Monsieur le Ministre, à Margot, @FranceMarie47 sur twitter qui déclarait le 8 Février 2018 :

« Retraite de mon mari, en Décembre 707,57€, en Janvier 694,50€ soit 155,88€ en moins sur un an ».

David, un retraité invalide, a poussé un cri de colère chez Jean-Jacques Bourdin le 5 Février 2018 :

« Avant Macron, j’avais une pension de 1394 euros par mois. J’ai perdu 126,85 euros de pouvoir d’achat exactement ! Vous voulez aller jusqu’où ? »

Répondez-lui, Monsieur le Ministre ou démissionnez, comme vous devriez le faire pour d’autres raisons.

Les retraités ? Ils ont particulièrement été impactés depuis 2008 :

2008 : suppression de la demi-part des veuves,

2013 : Contribution de Solidarité pour l’Autonomie,

2013 : gel des pensions complémentaires,

2014 : imposition de la majoration « famille nombreuse ».

Une « génération dorée » nous dit-on à La République En Marche, vraiment ?

Et ça, il faut que les plus jeunes le comprennent. Quand Macron déshabille les retraités pour soi disant vous aider, c’est du fake !

Les jeunes doivent dès maintenant se sentir concernés, être solidaires de leurs ainés comme les ainés de maintenant étaient des jeunes solidaires de leurs propres ainés.

Tous les mauvais coups que les retraités subissent aujourd’hui, vous les subirez et en amplifié le moment venu. Les pseudos secouristes macroniens de la retraite solidaire sont en fait des pompiers pyromanes qui vous priveront de celle-ci à partir des années 2030, 2035, c’est déjà demain. 

Macron ne connait pas la France, ne connait pas sa géographie, ses territoires :

Villeurbanne n’est pas dans les Hauts de France,

la Guyane n’est pas une île,

les Guadeloupéens ne sont pas des expatriés.

Et après on s’étonne des députés hors sol qui lui sont si chers. Une preuve ? La députée macroniste Claire O’Petit, encore elle, qui pensait sur FranceInfo que Mayotte… était une « ville ».

On s’étonne de son intention de plier le Sénat, les élus des élus de nos communes.

On s’étonne de sa volonté de casser nos campagnes, nos hameaux au profit des grandes métropoles des amis réversibles, arrivistes et calculateurs de toujours.

Elle est là, la casse sociale et administrative.

On s’étonne de son idée de fracasser nos TGI qui ne font pas partie de ces métropoles, même quand ces derniers comme celui de Grasse ont plus de justiciables que ceux des territoires des amis réversibles, arrivistes et calculateurs de toujours.

Elle est là, la casse sociale, économique et des droits de chaque citoyen justiciable.

Et comme si cela ne suffisait pas, cette casse sociale sera aussi démocratique :

limitation du nombre de mandats dans le temps. Quel est le lien avec la casse sociale et démocratique me direz-vous : affaiblir votre liberté démocratique et de vote, tout simplement.

Amendement visant à rendre inéligible un maire, ou tout élu refusant pendant trois années consécutives les politiques étatiques et préfectorales en matière de logements sociaux par l’instauration d’un permis à points pour élus.

Où est la casse sociale et démocratique me direz-vous puisqu’il s’agit de « logements sociaux » ?

Parce qu’un logement social peut souvent prendre l’allure de clapier à lapins ou de pilier de ghetto social quand celui-ci n’est pas construit dans la concertation, dans l’harmonie et dans la sérénité.

Qui a envie de voir s’ériger de grandes tours prenant feu comme au Royaume-Uni à cause d’un vieux frigo ou d’un mégot de cigarette mal éteint ?

Qui a envie d’exproprier des agriculteurs, horticulteurs et apiculteurs ?

Qui a envie de sacrifier leurs terrains ? A Grasse où l’on espère en sanctuariser le plus possible pour les dédier à la culture de la plante à parfum ?

A t-on conscience que certaines communes ne peuvent tout simplement pas en construire par contrainte territoriale ?

Qui se souvient par exemple qu’à Sophia Antipolis Garbejaire n’avait pas vocation à être social à la base mais à accueillir des jeunes actifs qui n’ont pas été emballés ?

Il y a aussi cette fameuse loi sur les fake news, pivot de toute bascule dans le despotisme puis la dictature potentielle, où une seule majorité, juge et parti, décide pour l’ensemble des citoyens en excluant de toute discussion le spectre politique et la vingtaine de partis les plus récurrents aux élections locales comme nationales.

Cette vanité comme je le disais il y a quelques minutes, se confirme par un autre projet : celui de la limitation du droit d’amendements. D’une violence sociale et démocratique inouie puisque tout député de circonscription est un député de la Nation et tout sénateur est un élu des élus de territoires, même les plus reculés, les plus précaires, les plus oubliés. 

Et le summum : le Gouvernement veut expérimenter un « tribunal criminel » sans le jury populaire des assises.

Eh oui, c’est vrai :

dans un jury populaire, pour le « Nouveau Monde », on y trouve de tout :

des jeunes sans costumes, des ouvrières « illettrées », des gens dont on ne sait pas si ils habitent une île ou si ils sont expatriés, et puis des retraités qui sont de la « génération dorée » et qui selon des parlementaires LREM « se plaignent tout le temps », des réacs qui assurent l’Ordre, des mal-pensants de « l’Ancien Monde ».

Imaginez que tous ces gens jugent un fervent partisan du « Nouveau Monde ».

Non, idée impensable !

Idée impensable parce le macronisme, c’est retour vers le Futur… mais depuis… 1788, 1789 ce serait trop tard.

Alors libre aux Français de faire de 2022 un 1789 électoral où le macronisme sera renvoyé au néant.

Car ce que nous voyons se mettre en place au sommet de l’Etat, ce sont les professionnels de la destabilisation patriotique et sociale.

Face à ces agissements, comptez sur nous, sur le CGRN, comptez sur le RPF, comptez sur le RPR, comptez sur Force Républicaine, comptez sur le Réseau Gaulliste. Nous appelons les Grassois et tous les Français à défendre avec nous la Démocratie et la République.

Vive Grasse, Vive les Alpes-Maritimes, Vive la République et Vive la France !

Jean-Pierre BICAIL, Membre de Force Républicaine, ancien élu de la Ville de Grasse :  

Le Président MACRON ne peut calquer l’intégralité du mode de fonctionnement de l’Etat, sur celui du monde de l’entreprise, tout en bradant uniquement le meilleur de notre économie, car cette approche conduit à remettre en cause les principes mêmes de notre République humaniste. 

Une chose est certaine, c’est toute la société française qui est entraînée vers la récession économique et sociale.

Notre nouveau rassemblement dénonce cette réalité, ainsi qu’une gestion étatique où toutes les règles de bon sens sont faussées, nous menant comme vous vous en rendez compte vers la paupérisation.

Les retraités en étant l’exemple flagrant puisque avant la scélérate augmentation de la CSG, ils ont subi : 

la suppression de la demi-part pour la conjointe ou le conjoint survivant,

le blocage des pensions,

les conditions de fin de vie ignobles dans les Etablissements d’Hébergement pour les personnes Agées Dépendantes.

Notre mission d’aujourd’hui est sociale :

dire STOP À LA MALTRAITANCE DU PEUPLE FRANÇAIS.

vouloir être les porteurs des voix des plus humbles, de celles et ceux qui ne peuvent se déplacer et qui sont scandalisés, que les 42% des avantages fiscaux soient distribués à seulement 5% de la population, car ce n’est pas notre vision de l’égalité et du respect.

dénoncer cette économie dite ‘libérale’, qui nous trompe par son nom, et brise les plus vaillants et les plus faibles.

Oui à l’économie de marché mais non à la société de marché « .

N’en déplaise au Président de la République Française, les Françaises et les Français n’ont pas voté pour son programme, ils ont voté une nouvelle fois par défaut et désespoir, avec comme preuve deux records :

une abstention la plus haute depuis 1969,

plus de 4 millions de votes blancs et nuls.

Un niveau jamais atteint pour une Présidentielle.

Et ce n’est pas parce que l’on annonce que les Français n’aiment pas les réformes que la France ira mieux, bien au contraire. Mais quand les réformes frappent uniquement le citoyen contribuable, cela porte un nom AGRESSION FISCALE.

Ce climat de défiance inédit, chacun de nous doit en mesurer l’importance, pour se préparer pour les prochaines élections, en considérant que toutes les élections même européennes, ont dorénavant pour vocation le national. 

Avec le Président MACRON, ce n’est pas la marche en avant mais la fuite en reculant. Le destin des Françaises et des Français ne doit pas être de rancœur et de tourment.

Ce n’est pas un scoop, la France est en faillite et malgré cela, tout le monde fait comme si de rien n’était.

De ce fait, les taxes et les impôts continueront d’augmenter pour trois raisons désastreuses :

Il faut rembourser la dette et les intérêts de la dette,

Le train de vie de l’État est en augmentation de plus de 7 milliards d’euros, et ce n’est pas la faute de nos fonctionnaires ou des agents des collectivités,

Toutes les richesses nationales sont vendues à des lobbies, sous des prétextes arrangés, comme prochainement la SNCF, dont la privatisation se fera sur les lignes rentables , les lignes déficitaires restant à la charge des contribuables.

Alors que le Président de la République et son Gouvernement promettaient en chœur l’augmentation fulgurante du pouvoir d’achat, 2018 sera dans les faits une nouvelle année noire pour les Français, qui se rendent compte que leur pouvoir d’achat est en berne. C’est une promesse que nous considérons comme trahie.

Car les 22 milliards d’euros d’impôts supplémentaires que représente à elle seule la hausse de 1,7 point de la CSG, en réalité 23% ; la réduction de 5 euros par mois des APL ; la hausse du prix du tabac, de l’essence, du diesel et du fioul domestique ; la taxe d’apprentissage pour les Très Petite Entreprise ; le coup de rabot à la prestation pour l’accueil du jeune enfant ;et l’augmentation des timbres…représentent un nouveau choc fiscal pour les ménages d’environ 4,5 milliards d’euros.

Il est temps que les femmes et les hommes de ce pays ne soient plus une variable d’ajustement budgétaire mais le centre du projet politique qui leur revient de Droit.

Pour preuve, en net par mois que l’on soit : un célibataire percevant une pension d’invalidité de 1300€, un chef d’exploitation agricole à 1350€, un couple de jeunes retraités totalisant 2000€ , un couple de salariés du privé rémunéré 3500€.

C’est une perte par an suivant le cas de 250€, 523€, 646€ et 1268€.

Les Françaises et les Français ne sont pas dupes de cette communication gouvernementale qui répète matin, midi et soir que leur pouvoir d’achat augmente, alors qu’ils constatent chaque jour tout le contraire.

On entend de la part de nos chroniqueurs spécialistes, que le Président MACRON est un PROBUSINESS, moi je dirais un PROPAUVRETE. 

Si le Président MACRON aimait réellement le Peuple Français dans toute sa diversité : 

il nous indiquerait qu’il faut un budget de 1.424 euros pour une personne seule, pour ne pas être classé pauvre, selon le rapport annuel de l’Observatoire National de la Pauvreté et de l’Exclusion Sociale,

il nous dirait, au lieu de taper sur les plus démunis, qu’il mènerait une guerre sans merci à la fraude fiscale et l’exil fiscal qui représentent au total un manque à gagner de 60 milliards d’euros.

pour la France , compensés par les impôts et les taxes que nous payons.

il mettrait en œuvre immédiatement et non pas au-delà de son mandat, une véritable politique de rééquipement et de conditions de vie pour les Forces Armées,de même que pour les Forces de Sécurité, les personnels de Secours et de la Pénitentiaire,

il s’opposerait au libre-échange, véritable tueur de notre économie nationale, et mettrait fin à la notion de pays tiers qui va permettre avec le MERCOSUR, communauté économique qui regroupe plusieurs pays de l’Amérique du Sud , de concurrencer déloyalement nos agriculteurs déjà en danger de mort économique,

il redéfinirait les critères de calcul de l’INSEE, qui permettent de calculer l’augmentation du coût de la vie, connu également sous l’appellation panier de la ménagère. Tenez-vous bien, cette liste est secrète pour soi-disant éviter toute manipulation , et elle contient pas moins de vingt mille produits.

il ferait preuve de plus de respect pour les personnes âgées, plutôt que de les traiter en boucs émissaires d’une économie nationale malade d’une gestion irresponsable,

il ne serait pas l’instigateur d’une forte réduction des contrats aidés, ayant des répercussions négatives et lourdes de sens sur deux secteurs fondamentaux : le monde associatif et l’école avec des centaines de suppressions de classes.

Nous pourrions continuer encore et encore, pour vous démontrer la casse sociale sans précédent, orchestrée par le Président MACRON et son gouvernement, tout cela en quelques mois. Leur véritable politique c’est de prendre systématiquement dans la poche des Français, tout en sous-estimant les difficultés des plus modestes.

Conscient et révolté de cette brutalité, et ne supportant plus les éternelles tromperies et manipulations, nous profitons de cette tribune et de la présence de la presse, pour énumérer des revendications légitimes et dignes :

Nous demandons que l’INSEE revoie son mode de calcul avec les produits fondamentaux que peut consommer ou utiliser une personne relevant uniquement du seuil de pauvreté,

Nous demandons comme pour les Forces Armées, que soit instauré le Livre Bleu des Forces de Sécurité et de Protection et des personnels de la Pénitentiaire.

Nous demandons que le site national des impôts fasse apparaître sur leur site internet, l’ensemble des taxes et impôts que payent les contribuables sur l’ensemble des territoires, ainsi que les pourcentages appliqués et leurs dates d’application.

Nous demandons l’arrêt total de toutes les ventes d’actifs sur l’ensemble du territoire national, trahison sans précédent de la souveraineté et l’indépendance de la France, avec comme conséquence la faillite de notre économie.

Nous demandons un moratoire sur la dette de la France. La gestion de la France ne doit plus être basée uniquement sur les taxes, impôts et les privatisations, mais sur une véritable politique de réappropriation des richesses nationales, vendues indûment à des groupes internationaux ou nationaux.

Nous demandons comme c’est le cas pour les radars embarqués, l’arrêt immédiat et l’annulation de tous les contrats et cessations d’activités empiétant sur les pouvoirs régaliens de l’Etat.

Nous demandons des mesures immédiates et efficaces financièrement, pour lutter contre la fraude sociale, la fraude fiscale et l’exil fiscal.

Nous demandons la mise en place de la taxe Tobin, seule opposition possible, au transaction financières participant au pillage systématique des économies nationales, dont nous sommes les principales victimes.

Le président de la République doit écouter le message que nous lui envoyons. L’heure n’est plus aux sourires, aux belles envolées lyriques, aux manipulations des chiffres, mais au salut de notre Patrimoine Social et Economique.

La France ne doit pas avancer à coup de bâton, cela serait une infamie historique. 

JRL à JRV… et la sagesse dans tout ça ?

La réaction du Conseiller Départemental écologiste – DVG Jean-Raymond Vinciguerra dans le Nice Matin du 29 Novembre 2017. Cliquer dessus pour agrandissement 

Je suis étonné de la réaction du Conseiller Départemental écologiste – DVG Jean-Raymond VINCIGUERRA suite au  »résultat » démocratique de la consultation des lecteurs de Nice Matin dans un esprit citoyen au sujet du Château Diter.

Y aurait-il pour les écologistes des  »résultats moins vertueux que d’autres » comme le référendum officiel et légal sur Notre Dame des Landes par exemple ou  »plus vertueux » comme pour leurs homologues espagnols soutenant le référendum illégal d’indépendance catalane ?

Il me semblait pourtant que l’on disait « Vox populi vox Dei » ? 

Il réagissait à cet article, toujours de Nice Matin Grasse en date du Mardi 28 Novembre 2017. Cliquer dessus pour agrandissement 

« Qui est à ce point irresponsable pour « excuser » le non respect de la Loi ? »

Oh eh bien celles et ceux qui estiment que ce château devrait revenir à la Ville de Grasse plutôt que de repartir à l’état de poussière. Celles et ceux qui rejettent la fausse modestie et la petitesse conceptionnelle de la Gauche pour notre pays et ses territoires.

Cet acharnement destructif n’est pas sans rappeler celui dont fut victime le Viaduc du Loup , endommagé en Août 1944 et seulement démoli partiellement jusqu’en 1951 sans chercher d’autres solutions.

A l’époque, les  »promotteurs d’avenir » pensaient que la ligne Central Var ou Nice-Meyrargues était d’une époque révolue, que seuls les voitures et le bus étaient fiables dans le temps et trouvaient à redire sur l’architecture et la valeur patrimoniale de ses géants de pierre… aujourd’hui réutilisés en axe secondaire… mais surtout piste cyclable géante de 114 km, la « Route des Balcons d’Azur » aménagée et mise en avant par l’exécutif départemental auquel Monsieur VINCIGUERRA appartient, sans pour autant faire officiellement partie de sa majorité.

Monsieur l’élu écologiste doit comprendre que si Pont du Loup est aujourd’hui apprécié c’est parce qu’il n’est plus Pataras avec ses quelques maisons et une cabane en ruines.

Si Grasse était restée à l’époque des tanneurs, elle ne serait pas aujourd’hui la Capitale des Parfums mondialement connue.

Enfin, pour conserver « l’austérité rustique » de notre « Provence orientale » face à «l’ostentation » je ne saurais trop conseiller à JRV de d’ores et déjà lancer la lutte contre les palmiers (malades et qui évoquent plutôt la Floride ou le Maghreb), les beaux gazons type golf des villas secondaires de riches européens qui inspirent aussi les riches néo-Maralpins Français, etc, etc, etc…

mais est-ce que ses électeurs du canton de Grasse 2… qui votent à Droite aux scrutins nationaux, apprécieront ?

Jean-René LAGET

Responsable RPF 2° Circonscription

Délégué RPF Jeunes 06 (RPFJ 06)