Archives par mot-clé : Grasse

2° Cérémonie d’hommage à Charles Pasqua – Grasse 29/06/17

A l’initiative du Président du RPF Igor KUREK et des cadres nationaux du mouvement se tenait la 2° cérémonie d’hommage à Charles PASQUA donnée au Cimetière Sainte Brigitte de Grasse, sur la tombe du résistant, de l’enfant du Pays Grassois et de l’homme d’Etat. 

Cette cérémonie annuelle à vocation nationale accueillait des élus, anciens élus, responsables politiques, associatifs et du monde combattant, ainsi que le Réseau Gaulliste, qui fédère les Gaullistes au delà de leur formation politique et la famille de Charles PASQUA (Gérard, ancien élu de la commune du Tignet et Danièle) que nous remercions.

Dans un premier temps, deux dépôts de gerbes : 

la gerbe Croix de Lorraine du Réseau Gaulliste et Réseau Gaulliste Grasse et environs déposée par :

Jean-Pierre BICAIL, ancien élu de la Ville de Grasse, représentant le Réseau Gaulliste et Force Républicaine,

Franck BARBEY, Conseiller Municipal délégué de Grasse et Conseiller Communautaire CAPG (majorités)

et Jean-René LAGET pour le Réseau Gaulliste,

puis la gerbe du RPF (Rassemblement Pour la France officiel) déposée par : 

Brigitte VIDAL, Adjointe chargée du quartier des Marronniers, ainsi que des affaires générales, de l’état civil, des cimetières et des élections pour la Ville de Grasse,

Franck BARBEY, Conseiller Municipal délégué de Grasse et Conseiller Communautaire CAPG (majorités), Responsable national et départemental du parti,

et Jean-René LAGET, cette fois-ci comme Responsable national et départemental du parti,

Vint le temps de la Marseillaise et des allocutions :

celle de Dimi de DELPHES, Porte-Drapeau de France, metteur en scène, comédien et homme de théâtre qui a lu pour Paul DEMARCHI, Vice-Président national, Délégué Départemental des Porte-Drapeaux de France et Président du Comité du Souvenir Français du Tignet, présent avec ses porte-drapeaux de France, un discours qui a ému la famille.

La cérémonie a été aussi l’occasion d’avoir une pensée émue pour tous les autres résistants de la famille, en particulier pour André et Antoine présents dans la même tombe. 

Allocution suivie de celle du Colonel Albert CERATO, Président des Anciens Combattants du Pays de Grasse.

Enfin, Jean-René LAGET a terminé le temps des allocutions par les remerciements et la lecture des mots de Charles PASQUA, qui résument le mieux sa famille et lui même, issus de son dernier livre d’entretien et de mémoires « Le Serment de Bastia », serment qui a éveillé à l’âge de 11 ans sa conscience patriotique.

Il remercie l’ensemble des participants dont ceux qu’il n’a pas encore cité parmi les personnalités publiques :

Jean-Marc MACARIO, Adjoint au Maire de Spéracèdes à la Jeunesse, aux Sports, aux Manifestations, aux Finances, aux Salles des Fêtes, aux Commerces et Artisanat, Correspondant Défense, et au Transport,

Marguerite VIALE, l’ancienne Conseillère Municipale déléguée chargée du quartier du Plan de Grasse et de l’Agriculture (2014-2016),

Gérard BIANCONI, Président de la Section de Grasse de l’UNSOR (Union Nationale des Sous-Officiers en Retraite) et son épouse,

Elisabeth JOLY, Secrétaire Générale du GEM-Intermezzo et son compagnon Samuel,

Daniel LEFEBVRE, ancien membre de Demain la France et son épouse Nicole.

Après la cérémonie certains participants sont allés déjeuner ensemble à la Gendarmerie de Saint Claude.

Vous pourrez à la fin de cet article retrouver le discours lu par Dimi de DELPHES, les mots de Charles PASQUA issus du « Serment de Bastia » et l’article Nice Matin. 

Sur chaque photo (dont la plaquette photos), cliquez dessus pour agrandissement : 

Cliquer dessus pour agrandissement

2° Circonscription… et après ?

Grasse, le Lundi 22 Mai 2017,

2° Circonscription… et après ? 

Maintenant les électeurs, notamment Grassois, le savent : je ne serai pas candidat RPF – RPR (voir www.r-p-r.fr) pour l’élection législative de la 2° Circonscription. 

Bien entendu pas comme le PS à la non candidature anecdotique qui vient sans doute de plonger sous le niveau de José SORIA (Municipales 1989) alors que Bruno ESTAMPE s’était donné le plus grand mal pour le sortir du fossé dans lequel l’avait historiquement envoyé le PCF grassois après les glorieuses années Honoré LIONS de la SFIO. 

Pourquoi pas candidat ? Parce qu’après mûre réflexion je suis persuadé qu’il faut envoyer un autre message aux électeurs : les réveiller… ou les laisser se punir seuls et que la situation est déjà suffisamment douloureuse pour Grasse de ne devoir jouer que le rôle de « remplaçant(e)», comme le dit si bien Thierry Prudhon (21/05/17, Nice Matin) « et pourquoi pas «cireur de banc» comme disent les footeux ? »

Autrement dit je regrette également que Jérôme VIAUD ne soit pas le candidat de la 2° Circonscription, qui aurait donc pu être aussi le candidat RPF-RPR comme le sera par exemple le Président de la fédération LR 34, Elie ABOUD. Son chef de file national François BAROIN sait pourquoi (cette stupidité de «non-cumul») mais il semble plus disposé « à travailler avec Emmanuel MACRON », l’ayant encore répété le 21/05/17 sur BFM que de rétablir la prérogative absolue de l’électeur de choisir ses candidats : de garder ses bons élus ou au contraire de stopper ceux que les partis rechignent à le faire. 

Ne nous trompons pas : le non-cumul n’est pas une demande de l’électeur, c’est celle des seconds couteaux dans les partis, partisans du moindre effort pour se faire élire. 

Pourquoi « réveiller les électeurs de la 2° ou de les laisser se punir » ?  

Parce que dans le cas d’un vote DOMBREVAL (La République en Marche, Extrême Centre, Maire de Vence) ou dans le cas d’un vote SATTONNET (UDI / Parti Radical, pas LR juste investie, 1° Adjointe de Vence) ces derniers voteraient dans la France présidée par MACRON pour la… disparition sur le long terme de leur territoire, Grasse / CAPG, dont le nom prendrait la place de celui du hameau sur un panneau de bienvenue, sous un nom : Nice (MNCA). 

Vence, c’est la Métropole de Nice Côte d’Azur, ce modèle préféré par MACRON comme par l’Union Européenne qu’il veut relancer. 

La Présidence MACRON est celle qui veut supprimer le département chaque fois qu’une métropole est présente (et celle de Nice fut la première à être créée). 

Qui a envie en sortant de son travail de devoir filer sur Nice pour rejoindre des services publics, très souvent depuis ces dernières années concentrés dans l’Est du département et qui fermeraient quand même aux alentours des 16h30, 17h00 ? 

Qui a envie de plus de prisonniers sur l’Ouest du département et à Grasse, ce que l’on nous promettait déjà ? Qui a envie de moins d’arrondissement et de perdre un jour la Sous-Préfecture, ce que l’on nous promettait déjà ? 

Qui a envie que les préconisations du député apparenté socialiste René Dosière soient appliquées et que soit supprimée la « réserve parlementaire » des députés et sénateurs, celle qui profite aux associations et collectivités locales tant malmenées depuis la baisse des dotations de l’Etat ? 

Personne. Et nous avons d’un côté un candidat qui se trouve au cœur du système politique niçois, l’autre, moins, mais dont la figure tutélaire, Jean-Louis BORLOO, a appelé à « saisir la « main tendue » » du Président Macron. Comment dire ? Que votera t-elle une fois élue et avec qui, elle qui siégera dans un groupe UDI / UDRL et non LR. 

Ma crainte est d’autant plus légitime que le Parti Radical (composante UDI) a habitué Grasse et la France aux drôles de compromis et même compromissions qui font comprendre que tout est possible. En 1987, à Grasse, c’était « la victoire que souhaite la France profonde » lors de municipales anticipées et d’alliances honteuses de majorité et en 1993, au national, dans une interview pour Minute. 

Le fait de voir Jérôme (Viaud) en suppléant, en plus rebaptisé « remplaçant », ne va pas dissiper des craintes légitimes partagées par le plus grand nombre… car voter pour un(e) suppléant(e) n’est pas voter pour le / la candidat(e) et vice-versa surtout qu’il n’y aura, contrairement aux départementales, qu’une seule élue au final. 

Attaché à Grasse, de par la naissance, au nom de la passion comme de la Raison, j’appelle à un choix clair : un refus dès le 1er tour de tous les candidats qui par leur commune (Vence, Carros) pourraient, défendre la VISION MACRON et les intérêts de la Métropole au nom des ambitions personnelles, au nom de la défense de leur propre territoire, au nom de la possible compromission politique et des jeux d’appareils. 

Jean-René LAGET 

Responsable RPF 2° Circonscription

Délégué Départemental RPF Jeunes 06 (RPFJ 06)

06.rpf-site.fr – https://fr-fr.facebook.com/RPFGrasse/https://twitter.com/rpf_grasse